Papier et plastique : quelle ensacheuse faut-il pour anticiper l’avenir ?

Face au changement des habitudes des consommateurs, les industriels doivent s’adapter à la demande, en proposant des sacs variés en type, en taille ou en matériau papier ou plastique. Comment faire pour s’assurer que son ensacheuse saura répondre à toutes les évolutions du marché ? Nos questions à Mathias Elie, responsable commercial chez CETEC.

 

Mathias Elie, responsable commercial France.

Quels sont les facteurs qui incitent les industriels à rester polyvalents en termes d’ensachage ?

 Mathias Elie : Il existe plusieurs éléments qui amènent les industriels à s’adapter. D’abord, la demande du consommateur a évolué et influe directement sur les marchés. Il pourra avoir des exigences quant au produit, à la matière et aux fonctionnalités du sac. Cela entraîne une segmentation de l’offre, et donc une déclinaison de produits très importante. L’aspect environnemental est également un élément indispensable sur lequel peuvent se positionner les industriels, notamment en termes de marketing. Enfin, la réglementation est assez fluctuante aujourd’hui, même si elle reste à définir précisément. Nous pourrions par exemple assister à de nouvelles restrictions concernant la quantité de plastique éventuellement utilisable dans un emballage papier pour permettre de conserver les bonnes caractéristiques d’un sac. Les industriels producteurs ou générateurs d’emballages plastiques peuvent aussi faire l’objet de taxes par l’organisme CITEO : ils sont donc très sensibles à toutes les solutions que CETEC peut proposer pour s’adapter au marché et à la réglementation.

 

Quelques sacs ensachés sur les ensacheuses CETEC.

Il est donc, selon vous, très difficile de prédire l’ensachage de demain ?

M. E. : Aujourd’hui, le marché de l’ensachage peut très vite basculer vers une solution technique plutôt qu’une autre. Nous assistons à de tels effets de mode et de rebonds qu’il est extrêmement difficile d’anticiper l’avenir. Par exemple, il y a encore trois ans, les sacs papier pour le pellet de bois n’avaient aucune force marketing : les industriels avaient donc largement opté pour des sacs plastique, pour finalement revenir sur des sacs papier aujourd’hui. Le schéma est le même pour l’industrie du Petfood, qui avait opéré une transition du sac papier vers le sac plastique il y a une quinzaine d’années. Elle fait désormais marche arrière et cherche des solutions en sac papier. Cet attrait pour le sac papier va-t-il perdurer ? Le marché va-t-il progressivement se segmenter ? Nous n’en savons rien aujourd’hui. Et si tous les industriels évoluent vers le sac papier, que va-t-il se passer pour la ressource pâte à papier ? Les prix vont-ils évoluer ? Toutes ces incertitudes nous mènent à concevoir et proposer des machines adaptables, qui permettent aux industriels de réagir vite.

 

Agrandissement de l’atelier de CETEC.

Quelles réflexions doivent mener les industriels ?

M. E. : Lorsqu’un client nous sollicite pour une solution d’ensachage, nous voyons d’abord avec lui s’il a déjà un projet cadré vers du sac papier ou du sac plastique. Nous sommes capables de concevoir des machines qui ne font que du sac papier ou du sac plastique, mais notre objectif est d’aller plus loin et d’anticiper au maximum l’avenir : nous étudions avant toute chose le degré d’évolutivité qu’il souhaite dans son process. Nous discutons avec lui de ses ambitions : souhaite-t-il un jour passer du sac plastique au sac papier, passer du sac papier au sac plastique, ou produire les deux ? L’industriel peut laisser la place suffisante dans son implantation de manière à évoluer ensuite. Nous pouvons en effet proposer des machines qui n’intègrent pas forcément toutes les options à l’instant T, mais qui seront évolutives dans les années à venir de manière à s’adapter aux évolutions du marché. Lors de l’investissement, nous insistons sur l’évolutivité donnée à l’équipement, de manière que l’industriel fasse son choix en toute conscience. Nous sommes d’ailleurs capables de chiffrer cette évolutivité.

 

Modification d’une ensacheuse CETEC : ajout d’un poste de couture pour des sacs papier.

Quelles solutions proposez-vous pour les industriels déjà équipés d’une solution d’ensachage ?

M. E. : Aujourd’hui, la partie service représente près de 30 % du chiffre d’affaires de CETEC. Nous avons de plus en plus de demandes de transformation de machines sacs papier ou sac plastique vers des machines mixtes. Et nous avons tous les moyens nécessaires pour faire évoluer ces machines. Si un industriel veut par exemple ajouter une doseuse afin d’augmenter la cadence de sa ligne, nous pourrions faire les modifications d’implantation, de hauteur et de plateforme. Nous pourrions aussi ajouter une station d’identification de sac ou encore ajouter un système de couture pour sac papier. Nous réalisons ces prestations au quotidien. Nous avons par exemple récemment réalisé des modifications chez l’un de nos clients semenciers. Nous avons installé un second poste de dosage avec un circuit indépendant pour alimenter la machine, permettant au client de traiter aussi bien des produits bios que des produits conventionnels sur la même machine, tout en évitant les contaminations croisées. Il y a près de quatre ans, cet industriel avait anticipé cette éventualité lors de l’achat de la machine, si bien que nous avons facilement pu intégrer l’équipement. Il s’est alors ouvert de nouveaux de marchés.

 

Ensacheuse CETEC PB « Clean Bagging ».

Investir dans une machine mixte papier et plastique est donc la meilleure solution ?

M. E. : Cela fait plusieurs années déjà que nous vendons beaucoup de machines mixtes : il est désormais rare de ne pas s’équiper d’une machine mixte, ou de ne pas prévoir la possibilité qu’elle le devienne dans le futur. Le marché est clairement tourné autour de l’évolutivité, et nous avons déve-loppé des machines en fonction, dédiées à tous les domaines industriels. Nos clients sont d’ailleurs très conscients de cette tendance, et rares sont ceux qui ne laissent aucune place à l’évolution de leurs productions. Puisqu’il est difficile de maîtriser les tendances du marché, les machines doivent être très polyvalentes et flexibles. CETEC propose ses ensacheuses CETEC PB « Clean Bagging », qui permettent d’utiliser du sac papier ou plastique sur le même équipement. Les magasins à sacs sont polyvalents et dotés de recentrage et de contrôle de position des sacs avant prise en pince. Ils peuvent traiter des sacs avec ou sans soufflets, avec ou sans poignées, en papier ou en plastique. La prise du sac, son ouverture et les bouches d’ensachage sont universelles. Les performances de cette machine mixte sont les mêmes qu’avec une ensacheuse CETEC classique. L’équipement conserve également la même souplesse. Les changements de formats motorisés sont recommandés pour accélérer l’opération, mais surtout garantir un redémarrage sans incident et sans gâcher des sacs.

 

Le leasing : est-ce une solution exploitée par vos clients ?

M. E. : La grande majorité des projets est encore portée sur l’achat des machines. Pourtant, le leasing peut offrir des avantages non négligeables. L’industriel peut profiter d’un équipement pendant une durée de cinq à sept ans, avec la possibilité de le changer si celui-ci ne correspond plus aux besoins de production. Certains industriels qui ont amorti leurs machines se retrouvent parfois avec un équipement qui ne correspond plus nécessairement au besoin de l’usine en termes d’exploitation, alors que le leasing permet de pallier des choix qui ont été faits précédemment. Concernant des biens industriels de ce type, le leasing n’est pas encore entré dans les mœurs de nos clients, qui pourraient pourtant trouver ici une manière d’anticiper prudemment l’avenir.

 


Sur le stand CETEC du CFIA

CETEC sera présent pour l’édition 2021 du CFIA, qui se tiendra à Rennes du 9 au 11 juin. Sur le stand, le constructeur, qui fête cette année ses 50 ans, exposera une ensacheuse papier et plastique équipée d’un robot de palettisation polymorphe. Le robot, plutôt que d’être sur pied, profitera du châssis de l’ensacheuse et sera capable de prendre les sacs fermés en sortie d’ensacheuse et de les placer directement sur palette. Cette solution est très intéressante en termes de coûts et de compacité.

 

CETEC Recrute

Pour son site de Périgueux, en Dordogne, CETEC est en recherche active d’électriciens industriels et d’un tourneur sur tour conventionnel, et en veille pour les postes de monteur mécanique et d’automaticiens. Contact : samuel.cumenal@cetec.net

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.