Pierre-Schmidt-Stoeffler automatise un poste de dosage

Pour répondre à un marché en pleine croissance, l’usine Pierre-Schmidt-Stoeffler, située à Obernai (67), a investi dans une ligne de fabrication de pâtes fraîches. Elle a opté pour l’automatisation de son poste de dosage de farine en zone ATEX.

Sur le site du client, la farine est stockée en big bags de 500 kg afin d’éviter la manutention de nombreux sacs. La zone de stockage et de vidange des big bags est séparée de la zone de production pour des raisons d’hygiène. L’objectif était donc de transférer la farine de façon sécurisée, depuis les big bags vers une trémie-pesée, puis d’automatiser le pesage et le dosage des batchs de farines dans des cuves mobiles.

Trémie de pesée de préparation des batchs de farine.

Installation d’une vis flexible

Pour l’alimentation en farine de sa trémie-doseuse, l’entreprise a opté pour une installation automatisée mise en place par Apia Technologie. « Lors de mes expériences professionnelles passées, notamment en meunerie, j’avais pu mesurer tout le potentiel du Transitube pour convoyer, dans des environnements industriels, des matières premières volatiles comme la farine », explique la directrice de l’usine. La zone de stockage des big bags, qui évitent la manipulation à la main de dizaine de sacs, a été implantée en dehors de la zone de production. Une vis flexible de 4 mètres relie une station de vidange de big bags à la trémie-pesée en traversant, de manière hygiènique et hermétique, la cloison séparant les deux espaces. « Les opérateurs ont juste à venir positionner des cuves mobiles capotées sous la trémie pour transférer la farine dosée vers le mélangeur. » Outre une limitation de la pénibilité, la vis flexible garantit une précision de dosage de ±50 g. « Par ailleurs, travailler en circuit totalement fermé assure une sécurité alimentaire accrue, notamment en zone ATEX comme l’est notre usine. »

Spätzle sur la nouvelle ligne dédiée aux pâtes fraîches sur le site d’Obernai.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.