Réussir son chargement dense et homogène de céréales

La mauvaise homogénéité des grains à l’intérieur d’un silo généré par un chargement en vrac diminue la capacité de stockage potentielle et entraîne un phénomène de cheminée centrale propice au développement d’insectes. CREALYST-Agro a imaginé un système ingénieux permettant de réaliser le chargement homogène et dense de céréales. Entretien avec Valérie Poussin, technico-commerciale de la société.

COMMENT ÊTES-VOUS PASSÉ DU SECTEUR DE LA!PÉTROCHIMIE AU SECTEUR DE L’AGROALIMENTAIRE ?

V. P. : CREALYST est une société française créée en 2004 par Bernard Poussin, l’actuel président. Nous sommes initialement spécialisés dans le domaine de la pétrochimie et du chargement dense de tous types de particules en vrac. Après avoir discuté avec des responsables de la Coopérative de la Tricherie, l’installation d’un système de chargement dense et homogène en milieu céréalier a été initié en 2009. C’est ici que nous nous sommes diversités dans le secteur agricole. Depuis 2016, CREALYST Group comprend désormais deux divisions, que sont CREALYST-Oil et CREALYST-Agro. Notre objectif : répondre à la tendance croissante du marché « Produire plus en préservant mieux ».

QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DU!SYSTÈME CALYGRAIN ?

V. P. : La technologie brevetée CALYGRAIN® permet d’assurer un chargement dense des céréales dans une cellule. Le système récupère les céréales en provenance d’un transporteur à chaîne, d’une bande transporteuse ou d’une vis sans fin avant qu’un plateau à pales distribue le grain en pluie dans le silo. Le CALYGRAIN est adapté en fonction du diamètre du silo ainsi que du débit souhaité par l’utilisateur. Pour le moment, nous pouvons proposer des solutions pour des diamètres au-delà de 38 mètres et, jusque-là, nous fournissions des systèmes pour obtenir des débits d’environ 200 t/h. Certains industriels nous ont toutefois demandé d’atteindre un débit de plus de 2 000 t/h. Avec un poids compris entre 150 et 200 kg, le système peut aussi bien convenir à des silos ronds qu’à des silos carrés ou rectangulaires. Dans le second cas, même si une perte logique de capacité peut être constatée au niveau des coins, l’homogénéité du remplissage assure un gain de stockage certain, une optimisation de la ventilation et une meilleure préservation des grains profitant d’un effet insecticide naturel.

POURQUOI LES SPÉCIALISTES DU VRAC DEVRAIENT UTILISER LE SYSTÈME CALYGRAIN ?

V. P. : Notre système offre plusieurs avantages de taille à ses utilisateurs. D’abord, en réalisant un remplissage homogène des grains dans son silo, l’industriel bénéficiera d’une plus grande capacité de stockage. Parallèlement, les industriels souhaitent renforcer la conservation des grains. Lorsqu’on réalise un chargement traditionnel en vrac, une cheminée centrale va se former au centre du silo et ainsi créer un espace propice au développement des insectes, qui s’alimentent de brisures et de poussières. Le système CALYGRAIN permet en revanche un remplissage dense qui ne créera pas de cheminée centrale, ce qui diminue ou évite l’usage d’insecticides. Un autre intérêt du système CALYGRAIN est la ventilation. Contrairement au chargement en vrac, les vitesses d’air sont les mêmes dans tout le silo : des bords au centre de la cellule, la ventilation sera homogène et complète.

Système CALYGRAIN monté sur rail sur le site de la Coopérative de la Tricherie à Archigny (86).

 

AVEZ-VOUS DES CHIFFRES CONCERNANT LES GAINS DE STOCKAGE POTENTIELS ?

V. P. : Le système CALYGRAIN s’adapte à tout type de céréales, quelle que soit leur granulométrie. Nous sommes capables d’obtenir une homogénéité du lit. Mais selon la forme de la céréale, les gains de stockage pourront être différents. Par exemple, nous pourrons gagner jusqu’à 12 % de capacité de stockage avec le blé, tandis que nous en gagnerons 17 % avec le tournesol ou 11 % pour le maïs. Ceux qui stockent du Colza pourront obtenir un gain de 15 % de la capacité, contre 14 % pour l’orge. Enfin, le plus grand gain en termes de capacité de stockage est obtenu avec le riz : l’utilisateur d’un CALYGRAIN aura un gain de stockage de 21 %.

L’INTÉGRATION SUR SITE EST-ELLE SIMPLE OU COMPLEXE ?

V. P. : Il existe toujours une solution pour intégrer le système CALYGRAIN dans un nouveau projet ou une installation existante. Les situations sont toutefois différentes selon que l’on équipe une petite structure ou de grosses coopératives. Par exemple, pour une petite coopérative située à Lavaré (72), nous avons pu intégrer nous-même le CALYGRAIN à moindre coût, en faisant coulisser une partie du toit du silo et en positionnant le système en haut de cellule grâce à une vis sans !n. Pour une intégration dans les grandes coopératives, le CALYGRAIN est souvent déjà intégré dans les plans. Par exemple, pour la Coopérative de la Tricherie, des systèmes CALYGRAIN ont été intégrés dès le départ dans un projet neuf sur les sites de Beaumont et d’Archigny. En revanche, sur les huit nouveaux appareils commandés, trois d’entre eux destinés au site d’Availles, seront installés sur des cellules existantes. Notons que l’idéal est de prévoir l’installation d’une petite plateforme permettant d’intervenir sur la machine en cas de maintenance.

LA COOPÉRATIVE DE LA TRICHERIE EST L’UN DE VOS CLIENTS PARTENAIRES : QUEL TRAVAIL AVEZ-VOUS EFFECTUÉ AVEC ELLE ?

V. P. : La Coopérative de la Tricherie avait constaté que le remplissage de ses cellules n’était pas optimisé. Autrement dit, elle faisait face à des pertes de volume importantes, des problèmes de ventilation et de conservation des grains. En 2009, nous avons installé sur leur site de Saint-Georges- Lès-Baillargeaux (86) le tout premier CALYGRAIN. Après des résultats très concluants, notre client a souhaité équiper son silo d’Archigny (86) de deux nouveaux systèmes CALYGRAIN : chaque machine est installée sur rail et permet d’alimenter trois cellules de formes carrées. En!n, en 2016, un autre CALYGRAIN a été intégré au silo de Beaumont (86) pour le remplissage homogène d’une cellule de 21 mètres de diamètre. Une commande de huit CALYGRAIN a été récemment réalisée de manière à équiper les sites d’Availles (86) et Beaumont. Les installations vont débuté en juin 2022, sous la supervision de CREALYST-Agro.

EST-IL POSSIBLE DE VISITER CERTAINS SITES ACCUEILLANT LE CALYGRAIN AFIN DE LE DÉCOUVRIR EN CONDITIONS RÉELLES ?

V. P. : Nos installations sont situées sur les sites de la Coopérative de la Tricherie, qui nous fait confiance depuis treize ans et qui vient de renouveler une commande de huit appareils. Les différents sites de la Tricherie où sont installés nos CALYGRAIN sont bien entendu accessibles à tout industriel curieux de découvrir notre technologie, tout comme nos ateliers et locaux situés à Semur-en-Vallon dans la Sarthe. Nous sommes en effet équipés de deux silos de tests qui nous permettent de réaliser des démonstrations du système.

QUEL MESSAGE SOUHAITEZ-VOUS TRANSMETTRE AUX INDUSTRIELS DU VRAC ?

V. P. : Les industriels découvrent petit à petit notre système, mais il reste du chemin pour sensibiliser l’ensemble des acteurs de l’agroalimentaire puisqu’il s’agit d’une technologie complètement nouvelle pour eux. Le process demande encore à être appréhendé car, parfois, mettre plus de quantité dans un même volume sans modifier les particules s’apparente pour certain à de la magie ! Nous sommes dans un milieu plutôt conservateur et il faut convaincre les acteurs du monde agricole. Les fournisseurs de solutions de stockage sont, eux, aujourd’hui convaincus du potentiel de la machine. Nous avons d’ailleurs des échanges très intéressants avec des constructeurs, installateurs ou potentiels distributeurs tels que FAO, STOLZ, SYMAGA, AGI ou encore TERNOVEO et la SCAEL qui voient dans le CALYGRAIN un intérêt certain.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.