Cattinair assure le dépoussiérage sur un process « bois B »

La société Cattinair, qui a abandonné son ancienne dénomination commerciale Cattin Filtration au 1er janvier 2020, est venue apporter son expertise à l’un de ses clients souhaitant assurer le dépoussiérage du process de déchargement, de convoyage et d’alimentation d’une chaudière collective en bois B. Un défi nécessitant une sécurité ATEX.

 

Thomas Huguenin, chef de projet chez Cattinair.

Aspirer, filtrer, dépoussiérer… ces opérations sont essentielles dans tous types d’industries, tant pour des questions d’hygiène et de sécurité que de qualité de production. Cattinair, qui étudie, fabrique et installe des solutions clés en main pour le dépoussiérage, le stockage et le transport de matières en vrac, a récemment apporté une solution de dépoussiérage et de filtration à l’un de ses clients, une chaufferie biomasse qui a abandonné le charbon au profit du bois B, du bois issu du recyclage. Thomas Huguenin, chef de projet chez Cattinair, déclare : « Notre client disposait d’une chaudière collective qui génère de l’eau chaude afin de la distribuer dans différents quartiers de la ville de Massy, au sud de Paris. Il utilisait auparavant deux chaudières de 32 mégawatts fonctionnant au charbon, et est aujourd’hui en phase de conversion pour fonctionner à 100 % avec du bois B. »

 

Clapet anti-retour CARZ.

Des contraintes liées au bois B

Historiquement, sur le site même, le client utilisait du charbon qui était déchargé sur des quais de déchargement ou dans des fosses et qui approvisionnait de petites cellules de stockage, en vue de le brûler dans les chaudières. À toutes les étapes de manutention, aucun besoin particulier de dépoussiérage n’était nécessaire. « Le client a souhaité ajouter à son installation une alimentation en bois de classe B, en reprenant une partie du process d’alimentation du charbon, précise le chef de projet. Mais le bois de classe B, au-delà des contraintes particulières qu’il pose par nature (composé de bois recyclé peint, collé et traité), dès lors qu’il est broyé va générer des nuages de poussières à chaque opération de manutention, et donc créer des atmosphères explosives. » C’est dans ce contexte que le client a réalisé un cahier des charges exigeant visant à limiter les zones ATEX grâce à l’aspiration. Certaines zones ont même pu être déclassées, notamment les convoyeurs qui sont passés de la Zone 21 à la Zone 22 grâce au dépoussiérage des jetées.

 

Système de protection Deviatex pour le découplage de pression et de flamme.

Autres particularités du projet

Le but de l’installation réalisée par Cattinair était d’assainir toutes les parties du process générant de la poussière et de limiter les quantités de fines dans le flux de matière. Cela permettait notamment de créer un environnement de travail plus propre et plus sain pour les opérateurs. Le système de Cattinair a alors été conçu afin de traiter des fosses de déchargement (90 m3 en 20 minutes), divers convoyeurs, crible et trieur. Finalement, le projet a combiné diverses problématiques : compétences sur le positionnement des points d’aspiration et conception des capotages adaptés au process ; équipements (cyclo-filtres, ventilateurs, écluses rotatives, etc.) adaptés au besoin ATEX et aux particularités et problématiques du process bois B ; reprise des fines par transport pneumatique directement vers les chaudières ; analyse fonctionnelle et développement d’un automatisme spécifique pour la gestion avec la supervision.

 

Filtre équipé d’évents pour assurer la sécurité en cas d’explosion.

Des échanges entre experts

Dans ce cas client, les équipes de Cattinair ont assuré l’étude et le développement de l’installation de dépoussiérage avec l’aval d’experts ATEX, comme notamment LABORELEC, pour trouver des solutions de déclassement du zonage ATEX ou la sécurisation optimale des équipements. Thomas Huguenin ajoute : « Cattinair avait proposé une première réponse en présentant les grandes lignes du projet. Il y a ensuite eu plusieurs revues de projets détaillées et pointues par les différents acteurs du projet, que ce soit pour définir les points de captage, d’aspiration, ou encore d’entrées d’air. Avec nos préconisations, mais aussi les préconisations des experts ATEX, les échanges ont été particulièrement riches pour aboutir à une solution finale adaptée. »

 

Écluses d’air à pales souples : certifiée ATEX poussières et barrage à la flamme selon la directive 2014/34/UE.

Certifications ATEX par l’Ineris

Le matériel et les installations Cattinair sont reconnus pour leur fiabilité dans le domaine ATEX. Les évents d’explosion sont certifiés ATEX par l’Ineris, des clapets anti-retours certifiés ATEX sont placés à l’entrée du dépoussiéreur évitant ainsi le retour de l’explosion vers les machines, une écluse alvéolaire certifiée ATEX permet de faire barrage à la flamme. Un déflecteur d’évent permet de canaliser le souffle vers les zones libres en cas d’explosion, ce qui évite d’imposer une zone de sécurité autour du dépoussiéreur. « Nous sommes en discussion permanente avec l’Ineris pour nous tenir informés sur l’évolution de certaines normes et comment leur application au dépoussiérage, explique le chef de projet. Il faut distinguer la théorie et la pratique, avec entre les deux une interprétation des normes qui n’est pas toujours simple. »

 

Études et réalisation d’une installation de dépoussiérage avec système ATEX pour une chaufferie biomasse.

Application de la directive ATEX au niveau opérationnel

Mise en application au 1er juillet 2003, la directive utilisateurs 99/92/CE demandait la formalisation d’une analyse de risque et le classement des zones. Trois années étaient prévues pour la mise en conformité des matériels présents dans les zones à risques. À ce jour, beaucoup d’entreprises n’ont pas mené à terme la démarche de mise en sécurité. Pour les PME et TPE, il n’est pas toujours facile d’avoir une réelle connaissance de l’ensemble des domaines à maîtriser concernant cette réglementation. Pourtant, la démarche de mise en sécurité peut être simple lorsque l’on connaît les règles à suivre. D’autant plus que cette directive impose aux exploitants la responsabilité de leur installation, y compris pénalement. Fort de son expérience dans la gestion du risque lié aux atmosphères explosibles, Cattinair accompagne chaque jour ses clients dans la mise en conformité de leur installation : définition des zones ATEX, conseils, classification des poussières, etc.

L’utilisation de la norme EN 60079-10-2 permet de distinguer deux parties : les dégagements de poussières et les dépôts de poussières. Avec le traitement à la source des dégagements de poussières, les zones ATEX à définir pourront être limitées. Toutefois, le captage n’est pas entièrement efficace seul, et au bout d’un moment, des poussières résiduelles par sédimentation et des couches de poussières peuvent apparaître. Poussières qui peuvent dans le temps être remises en suspension et créer une zone ATEX, d’où la nécessité d’associer au captage des mesures dites « organisationnelles » afin de faire procéder à un nettoyage régulier des zones pour les maintenir propres et éviter un classement en zone ATEX. Une des méthodes de nettoyage qui fonctionne le mieux est le système d’aspiration centralisé permettant, grâce à un des accessoires de nettoyage, un dépoussiéreur et un groupe d’aspiration, le traitement effectif de la pollution particulaire. La ventilation, le dépoussiérage et l’aspiration centralisée haute dépression sont des outils pour limiter les zones, réduisant les nécessités de mise en conformité et donc les coûts associés.

 


 

Une solution polyvalente

Le cas d’application présenté ici se concentre sur une industrie de chaufferie biomasse travaillant avec du bois B, mais tous les systèmes de dépoussiérage et filtration de Cattinair sont conçus sur-mesure et sont adaptés au process du client. Que la matière à traiter soit des poussières de bois, des poussières végétales ou minérales, ou même des poussières plus complexes comme le titane ou l’aluminium, la solution répond au besoin d’aspiration et ATEX du client.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.