Goubard : des produits ergonomiques, conçus pour les utilisateurs

Historiquement réputée pour ses bennes basculantes pour chariots élévateurs, la société Goubard a récemment été reprise par quatre de ses salariés. Nous en avons profité pour contacter Jérémie Bourdillon, nouveau dirigeant, qui nous présente ici les dernières actualités de la structure.

 

Jérémie Bourdillon, directeur de Goubard.

Comment la société Goubard est-elle passée de spécialiste de l’agriculture à spécialiste de l’industrie ?

Jérémie Bourdillon : Les activités de Goubard remontent à plus de 80 ans. Au départ, Louis Goubard, fondateur de la société, avait développé des remorques agricoles pour les acteurs locaux. Son fils a ensuite repris la direction et a développé les premières bennes basculantes pour chariots élévateurs, à la demande d’une scierie locale cherchant un moyen d’évacuer rapidement ses déchets bois à l’aide d’un chariot élévateur. Le produit a rapidement plu, si bien que Goubard a progressivement délaissé l’activité agricole pour finalement proposer des équipements dédiés à l’industrie. Aujourd’hui, nous sommes principalement portés sur l’industrie. Nous ne réalisons pas d’installations fixes : nous nous concentrons sur la manutention par chariot élévateur.

 

La hauteur utile de la benne type BT est de 500 mm.

Quelle est la philosophie de Goubard dans la conception de ses équipements ?

J. B. : Nous ne faisons aucun compromis sur nos produits : nous ne voulons pas que le client s’adapte au produit, mais que le produit s’adapte au besoin du client, notamment via une offre sur-mesure. Lorsque nous touchons à la manutention, nous touchons à l’ergonomie, à la sécurité et à la productivité : nous ne voulons pas que nos solutions génèrent des contraintes pour le client. C’est pour cela que nous avons une culture « zéro compromis ». Nous préférons parfois refuser un projet plutôt que de proposer un équipement qui fonctionne, certes, mais qui intègre un risque d’insécurité ou d’insatisfaction pour l’utilisateur. C’est notamment pour cette raison que notre catalogue est très développé, avec près de 700 références, sachant que 40 % de notre production constitue du sur-mesure ou de l’adaptation client. À titre d’illustration, lorsqu’un pressoir viticole est plus long qu’une benne bascule standard chez un client, nous pouvons allonger la benne en gardant les performances du système de basculement pour éviter l’utilisation de bennes inadaptées occasionnant des fuites ou débordements. La seule limite que nous avons est l’imagination de nos clients.

 

Benne type BT : position de vidange par inclinaison des fourches.

Pouvez-vous présenter les avantages de votre nouveau godet remplisseur de big bags ?

J. B. : Nous avons annoncé en septembre dernier une très belle nouveauté : le godet remplisseur de big bags. Aucune solution tout-en-un existait pour les chariots élévateurs. Nous sommes partis de nos gammes existantes pour créer un outil tout-en-un qui puisse permettre, à l’aide d’un chariot élévateur, de conditionner des big bags à partir de n’importe quel produit en vrac au sol. Le système permet ainsi de remplir des big bags de manière simple et ergonomique. Des agences de matériaux ou de conditionnement peuvent ainsi réaliser de vrais gains de temps et de performance. Notre godet type GB plaît beaucoup puisqu’il évite d’investir dans une installation fixe avec convoyeurs onéreuse, encombrante et moins souple. L’un de nos clients a pu diviser par six son temps de remplissage de big bags : alors qu’il remplissait auparavant un big bag en six minutes, il en remplit désormais dix en dix minutes. À l’heure où il est difficile de recruter des caristes, cette solution permet un gain de productivité et de sécurité lors de tâches normalement fastidieuses.

 

Vous avez créé une gamme de trémies économiquement plus accessibles : n’avez-vous pas fait de compromis sur la qualité ?

J. B. : Nous proposons toute une palette de trémies remplisseuses de big bags, et nous avons souhaité rendre les premiers modèles plus accessibles. Nous produisons depuis plus de 20 ans le modèle TB-F, un système d’entonnoir permettant de remplir des big bags avec un chariot élévateur ou une chargeuse. Depuis cette année, un modèle « Essentiel », type TBP 05000 permet de gagner 20 % sur le prix des trémies, malgré les hausses d’acier que nous subissons actuellement. Ce nouveau modèle est particulièrement adapté aux industriels qui ont des besoins très ponctuels de mise en big bag. Nous n’avons cependant fait aucun compromis sur la sécurité. Nous avons drastiquement réduit les dimensions de la trémie, et nous avons supprimé les éléments démontables, qui sont des éléments de confort pour l’utilisateur. En réduisant les dimensions, cela permet leur insertion dans des camions et donc une diminution des frais liés au transport. Nous avons également retiré l’avantage des pieds démontables. Nous avons tiré sur les coûts, tout en gardant les mêmes résistances et la même sécurité sur nos produits. Notre objectif est de proposer des produits accessibles munis uniquement de fonctionnalités essentielles, tout en développant des solutions toujours aussi  performantes dédiées à ceux qui ont besoin de faire économiser du temps à leurs caristes.

 

Remplissage des big bags grâce au godet type GB.

Pouvez-vous nous parler de votre nouvelle benne pour chariots télescopiques ?

J. B. : Cette année, nous avons aussi mis au point une benne pour chariot télescopique, type BT. Cette benne intègre deux étriers automatiques qui permettent de verrouiller la benne lorsqu’elle n’est plus au sol ; et donc d’utiliser l’inclinaison hydraulique des fourches pour la vider. Il s’agit d’une solution économique par rapport à une benne basculante classique pour tous ceux qui sont équipés d’un chariot télescopique. Cet équipement est tout indiqué pour les applications basses, là où les contraintes de hauteur sont importantes. La benne propose un excellent rapport encombrement-volume utile, de manière à passer dans des endroits exigus.

 

Trémie remplisseur de big bag économique type TB-F.

Vous avez récemment repris la direction de la société Goubard : comment s’est déroulée la passation ?

J. B. : M. Toulier, ancien dirigeant de la société approchant de la retraite, ne souhaitait pas laisser partir cette entreprise familiale en pleine croissance dans un grand groupe, préférant la transmettre à ses salariés qui perpétueraient philosophie de Goubard. Trois salariés et moi-même avons repris la structure, qui restera désormais à actionnariat salarié. La reprise a été très bien vécue en interne. Cela a rassuré la soixantaine de salariés, réunis sur le site de Seiches-sur-le-Loir, quant à une éventuelle délocalisation ou un éventuel regroupement. Aujourd’hui, nous souhaitons mettre l’accent sur l’innovation. Nous souhaitons proposer des produits toujours plus ergonomiques, de manière à faire gagner aux industriels du temps sur des tâches qui n’ont pas de valeur ajoutée. La sécurité reste aussi l’une de nos priorités. En 80 ans, aucun des accidents mortels connus avec des bennes n’a été causé par des bennes Goubard.

 


 

Des applications très diverses

Tout en s’appuyant sur ce type de manutention, le chariot élévateur, Goubard propose des équipements pour de nombreuses industries. Le constructeur peut aussi bien fournir des solutions pour des industries performantes du secteur de l’automobile que pour un viticulteur qui a besoin d’une benne basculante pour récupérer le marc de raisin sous un pressoir et qui dispose d’un chariot élévateur. Le domaine de l’agroalimentaire peut aussi être intéressé. Les équipements de Goubard constitueront l’interface entre le chariot élévateur et le produit potentiellement difficile à manipuler.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.