Valade sécurise son transfert de sucre

Installé à Lubersac, en Corrèze, le spécialiste de la valorisation des fruits Valade était à la recherche d’une solution pour sécuriser son transfert de sucre du silo de stockage vers la zone de production. Il a utilisé un tamiseur de sécurité d’une maille de 4 mm.

 

Zoom sur la maille du tamiseur.

La sécurité alimentaire est une préoccupation de tous les instants pour les industriels de ce secteur. L’un des challenges consiste à éviter l’introduction de corps étrangers dans le process, sans pour autant freiner les cadences de production. Dans une logique de productivité industrielle, Valade souhaitait maintenir un haut débit de transfert du sucre vers son atelier de production.

 

Stockage en silo

Valade stocke le sucre dans un silo de 30 tonnes, situé à l’extérieur. L’objectif du projet était de tamiser le sucre en sortie de silo de manière à éviter le transport de corps étrangers vers la suite du process de fabrication. Outre le tri des contaminants extérieurs, le tamis industriel fait aussi fonction d’émotteur en brisant les blocs de sucre générés par le stockage dans le silo.

 

Tamiseur APIA Technologie installé chez Valade.

La solution retenue

La société Valade a choisi d’intégrer, au cœur de son dispositif de transfert de sucre, un tamiseur de sécurité d’une maille de 4 mm proposé par APIA Technologie. « La force de cette installation a été sa flexibilité puisque les équipes d’APIA Technologie l’ont implantée dans un environnement contraint avec une place réduite sous le silo, précise le responsable maintenance chez Valade. L’autre point fort est que cette proposition technique réponde aux exigences de la norme Atex. » Une première vis, d’une longueur de 1,3 m, relie le silo au tamiseur. De là, s’effectue une reprise par un second Transitube, d’une longueur de 2,3 m, permettant de convoyer le sucre vers une écluse de transfert pneumatique. « Le choix d’opter pour des vis de gros diamètres (140 mm) assure une alimentation régulière du tamiseur avec un débit pouvant atteindre 19 t/h. L’enjeu était également de limiter les arrêts de production à cause de certains blocs de sucre qui peuvent se créer sur les parois du silo. »

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.