Maroc : un pays à fort potentiel prêt à investir

Terre de près de 450 000 m2 tournée vers la Méditerranée, le Maroc est un des pays du Maghreb à l’économie florissante. Également partenaire privilégié de la France, la stabilité économique et sociale du Royaume lui permet de s’engager dans des projets de grande envergure qui soutiennent l’industrie du vrac.

GMT, Grands Moulins du Tensift, Marrakech, Maroc, blé tendre 480 t/24h

GMT, Grands Moulins du Tensift, Marrakech, Maroc, blé tendre 480 t/24h

Pays résolument tourné vers la mer, le Maroc bénéficie d’un littoral de 3 500 km et d’une infrastructure portuaire développée. Selon les sources officielles du ministère de l’Équipement et des Transports, les échanges maritimes assurent 98 % du commerce extérieur du pays. Les marchandises en vrac représentent à elles seules 83 % du tonnage total. Une étude réalisée en 2005 par le cabinet marocain BMCE Capital sur le transport maritime au Maroc affine ces données : « le vrac solide est le mode le plus usité pour le transport de marchandises. Avec près de 29 Mt (million de tonne) en 2003, il polarise 51,6 % des échanges. À fin mai 2004, le vrac solide a drainé 12,9 Mt sur un total de 25 Mt. Vient ensuite le vrac liquide qui occupe la seconde place, affichant un volume de 14,8 Mt en 2003 et de 6,5 Mt au 31 mai 2004, soit respectivement 26,4 % et 26 % du trafic global. » À titre de comparaison, et toujours selon la même étude, « le trafic en conteneur s’est élevé en 2003 à 4,6 Mt, en progression de 10,9 % par rapport à 2002. »

Un nouveau port à vocation internationale

Loin de se contenter de ce modèle économique, le gouvernement marocain a décidé, en 2002, de conforter ce mode de transport avec la création d’un nouveau port de commerce baptisé Tanger- Med pour un montant global de 3 Mds d’euros financé à parts égales par des fonds publics et privés. Situé à 40 km de Tanger sur la côte Oued Rmel, ce port est implanté à seulement 15 km des côtes espagnoles, sur la voie de passage la plus fréquentée au monde avec 100 000 bateaux par an qui transitent entre l’Asie, l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. Grâce à cette position stratégique, Tanger-Med a vocation à devenir l’une des premières plates-formes logistiques aux portes de l’Europe. Et le port dispose d’infrastructures qui devraient lui permettre d’atteindre cet objectif. Celui-ci comprend 2 terminaux à conteneurs d’une capacité totale de 3,5 millions d’EVP, un terminal vraquier, un port passager et un terminal d’hydrocarbures. Sa mise en service partiel a débuté en juillet 2007 et la fin de l’année 2008 devrait voir l’achèvement des connexions autoroutière et ferroviaire avec l’ouverture de la zone franche logistique. Les ouvertures du terminal d’hydrocarbures et du quai vrac sont, quant à elles, prévues pour 2009. 2010 devrait voir l’inauguration du terminal à véhicules. Enfin, en 2012, il est prévu de procéder à une extension du port avec la création des terminaux 3 (3 millions d’EVP) et 4 (2 millions d’EVP). Outre la pérennisation du trafic maritime marocain, l’ambition de ce projet est multiple. Au premier plan, il devrait permettre de désengorger les ports existants et de rééquilibrer les flux des marchandises entre les ports de Casablanca, Mohammadia et Jorf Lasfar. En second plan, il devrait également permettre de dynamiser le tissu économique du nord du pays.

Le vrac soutenu par la production de phosphate

Au-delà d’une augmentation des infrastructures techniques, le gouvernement marocain soutient également l’économie du vrac au travers de l’industrie des phosphates. En effet, le pays est le premier producteur de phosphate au monde, avec près de trois quarts des réserves mondiales. C’est l’organisme d’État – l’Office Chérifien des Phosphates – qui gère l’intégralité de la production nationale. Celle-ci se répartit sur 3 sites différents à Kouribga (120 kilomètres au sud-est de Casablanca), à Youssoufia (90 kilomètres au nord de Marrakech) et à Ben-Guérir (90 kilomètres au nord-ouest de Marrakech). Le minerai de phosphate extrait dans cette zone du Sahara occidental est de type sédimentaire, c’est-à-dire que le phosphate est présent dans des sables ou des calcaires et mélangé à ceux-ci. Les couches de minerai sont horizontales et exploitées soit à ciel ouvert, soit par des galeries. Le groupe compte un peu moins de 20 000 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 2,055 Mds de dollars pour une production de plus de 13 millions de tonnes de phosphate brut et produits dérivés. La majeure partie de cette production (95 %) est livrée à l’étranger, soit sous forme de minerai, soit après transformation en acide phosphorique ou en engrais solides (DAP, MAP, TSP…). Les trois premiers clients du groupe sont les États-Unis, l’Espagne et le Mexique. Pour acheminer ses produits, le groupe OCP s’appuie sur quatre ports (Casablanca, Laâyoune, Safi et Jorf Lasfar) qui desservent une quarantaine de pays à travers le monde. Les deux derniers sont également utilisés pour les exportations des engrais (en vrac ou en sacs), de l’acide phosphorique et de l’acide phosphorique purifié, mais également pour les importations de matières premières (soufre, ammoniaque, potasse, soude, acide sulfurique).

Les cimenteries en pleine expansion

Côté non alimentaire, l’industrie du ciment représente également une part importante de l’industrie du vrac. Il n’existe pas de données officielles sur le stockage et le transport en vrac de cette matière première, mais c’est sans aucun doute un marché en plein développement. D’ailleurs, devant la croissance du secteur, le gouvernement a décidé de le soutenir avec la signature, en juillet 2007, de 3 conventions d’investissements pour un montant global de 780 M€. L’objectif était ici de contribuer à la création de plus de 1 600 emplois directs mais aussi d’engendrer une capacité de production supplémentaire de 6 millions de tonnes par an pour atteindre une production nationale de 23 millions de tonnes par an dans 14 cimenteries. Le premier accord a été signé avec le groupe Ynna Asment, pour la création d’une cimenterie à Oulad Sghir (région de Settat) dont la capacité de production devrait atteindre 3 millions de tonnes par an. La deuxième convention accordée à la société Ciments de l’Atlas prévoit la création de deux unités – l’une à Fqih Bensalah (région de Beni Mellal) et l’autre à Ben Ahmed (région de Settat) – d’une capacité de production de 1 million de tonne/an chacune. Enfin, la troisième convention a été signée avec le groupe Espagnol Lubasa, spécialisé dans les matériaux de construction et la promotion immobilière, et porte sur la réalisation d’une cimenterie dans la région de Sidi Kacem d’une capacité de production de 1 million de tonne par an. Ces investissements s’inscrivent sur un marché en pleine expansion. En effet, le groupe suisse Holcim a inauguré, il y a un an une cimenterie sur la commune de Tamadrost. Cette création disposera d’une capacité de production de 1,7 million de tonne/an. Le groupe Ciments du Maroc a également ouvert une nouvelle cimenterie dans la région d’Agadir. Et, le groupe Lafarge, implanté à Tétouan, vient de boucler un projet d’extension de son usine. Au-delà des conventions d’investissement consenties par le gouvernement marocain, l’État soutient également le Vrac via sa politique énergétique. En effet, cet été, Amina Benkhadra, ministre de l’Énergie et des Mines, a annoncé lors d’une conférence de presse que le charbon se plaçait au coeur du bouquet électrique de la nouvelle stratégie nationale énergétique : « Le charbon constitue un choix prioritaire comme technologie de base et d’optimisation des ressources en gaz disponibles et son utilisation présente à long terme des avantages en raison de ses coûts faibles par rapport au pétrole et au gaz ». La nouvelle stratégie de Mme Benkhadra vise à diversifier les ressources pour garantir une sécurité d’approvisionnement et permettre l’accès généralisé à l’énergie à des prix compétitifs.

L’agriculture comme maillon indispensable à l’économie locale

Dans le domaine des produits alimentaires, l’agriculture est un des autres maillons indispensables à l’industrie du vrac. En effet, le Maroc est avant tout un pays rural. L’agriculture pèse d’ailleurs lourd dans l’économie locale puisque selon les années et les conditions climatiques, elle représente entre 12 et 20 % du PIB national. Le pays qui jauge une superficie globale de 71 millions d’hectares, consacre plus de 50 % de sa surface à l’agriculture. La culture des céréales comme le blé, l’orge et le maïs est prédominante. La betterave à sucre joue également un rôle important dans l’économie agricole. Outre ses productions qui peuvent être stockées et convoyées en vrac, le Maroc dispose de quelques petites productions spécialisées qui se stockent également en vrac. C’est le cas par exemple de l’argan et ses dérivés (huiles). Si l’industrie du vrac se porte déjà bien au Maroc son inscription pour l’économie internationale avec l’ouverture totale d’ici 2012 de la zone de libre-échange avec l’Europe devrait dynamiser encore un peu plus les investissements locaux et pas là même augmenter les possibilités de développement d’échanges de matière en vrac.

Article de Caroline Faquet

paru dans l’enquête du Journal du Vrac n°65: « l’industrie du vrac au Maroc ».

Le Maroc en bref

Superficie : 710 850 km2. Population : 30,8 millions d’habitants, dont 55 % d’urbains.

PIB : 52,1 Mds € dont 13,4 % pour le secteur primaire, 25,3 % pour le secteur secondaire et 44,1 % pour le secteur tertiaire.

Ressources naturelles : Phosphates, barytine, sel, zinc. Taux de croissance : 8 %. Exportation des biens et services : 33,2 % du PIB. Importation des biens et services : 39,9 % du PIB.

Principaux postes du commerce extérieur : • exports : filière habillement (27,0 %), produits agroalimentaires (18,9 %), phosphates et dérivés (15,8 %). • imports : huile brute de pétrole (12,2 %), machines et appareils divers (4,2 %), gaz de pétrole et hydrocarbures (3,7 %).

Principaux partenaires commerciaux : • clients : France (29,0 %), Espagne (20,2 %), Grande-Bretagne (6,1 %), Italie (5,0 %). • fournisseurs : France (17,6 %), Espagne (11,5 %), Arabie Saoudite (6,6 %), Italie (6,3 %).

Solde commercial : – 8,9 Mds € (- 17,1 % du PIB). Solde courant : 1,1 Mds € (2,2 % du PIB).

* Source : Mission économique française au Maroc – chiffre de l’année 2006.

L’infrastructure portuaire au Maroc

Plus de 1 210 ha de bassins
– Plus de 32 000 m linéaires de quais et
appontements
– Plus de 46 000 m linéaires de jetées
et digues
– 13 installations de réparation navale
– 8 terminaux spécialisés (vracs minéraliers,
hydrocarbures, céréales…)
– 4 gares maritimes
– 5 docks silos
– 5 passerelles
– 11 ports de commerce


Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.