Chief et Phénix Rousies : jusqu’à 30000 tonnes de stockage

Comme d’autres entreprises, Chief Industries UK, société anglaise du groupe américain du même nom dans le Nebraska, constate une tendance à une augmentation des capacités des silos.

Le constructeur britannique fabrique des matériels de stockage de céréales jusqu’à 30000 tonnes ; des trémies de fond de silo de 1385 tonnes maximum ; des séchoirs à flux mélangé continu de 7 à 300 t/h. Il construit des nettoyeurs, élévateurs, convoyeurs et des systèmes de contrôle de la ventilation et de la température. Phénix Rousies Industries, entreprise française centenaire du Nord et société sœur de Chief, fait le même constat. Les capacités se développent. « Nous sommes sur des produits de 12000 à 15000 tonnes en acier E 36, avec une épaisseur de galva Z 450, observe Arnaud Danes, du service commercial de Phénix Rousies Industries. Les débits de vidange et de remplissage augmentent de la même manière pour atteindre 200-250 t/h. Nos clients veulent des silos plus propres, sans trace du produit précédent une fois qu’ils ont été vidés. En conséquence nous avons modifié le profil des ondes. Il est moins marqué, plus lisse. Le produit s’accroche plus difficilement. » L’entreprise consacre 80 % de son activité aux industries agroalimentaires, de l’alimentation du bétail et des agrocarburants. 70 % de sa production sont exportés. « Nous faisons du sur-mesure. Des silos stockistes – toits aluzinc AZ 185 ou prélaqués, tôles grandes ondes 120 x 11 mm, passerelles jusqu’à 300 t/h, échelles en aluminium EN Iso 14 122 – ; des silos pour les exploitations agricoles de 3 à 415 m3 ; des cônes de vidange intégrés à 45 ° et 60 °, des cônes ventilés à 32 °. » Sur la qualité des aciers, Arnaud Danes livre en dernier lieu ce commentaire : « Nous avons essayé les aciers tchèques mais nous avons eu des problèmes dans les grandes épaisseurs. Nous sommes alors revenus à Arcelor-Mittal, sachant que c’était encore mieux du temps d’Arcelor tout court ! »

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.