Visite d’usine à Périgueux chez CETEC

Durant la période estivale, nous nous sommes rendus à Chancelade (24), une commune jouxtant la ville de Périgueux, pour découvrir le site de production de la société CETEC, spécialiste du conditionnement en sacs de matières en vrac. Mathias Elie, responsable commercial de la société qui fête ses 50 ans cette année, répond à nos questions.

 

Mathias Elie, directeur commercial de CETEC.

Pouvez-vous repréciser ici le positionnement de CETEC sur le marché ?

Mathias Elie : Nous intervenons sur le dosage, l’ensachage et la palettisation de sacs de poudres ou granulés pouvant aller de 3 à 25 kg. Nous réalisons un chiffre d’affaires d’un peu plus de 13 millions d’euros, avec près de 30 % réalisés à l’export. Nous proposons des solutions aussi bien pour des PME que pour de grands groupes internationaux, avec un spectre d’activités très large. Nous sommes notamment spécialisés dans les marchés de la minoterie, des semences, de l’alimentation animale, des produits chimiques et des produits du bâtiment. Nous profitons des expériences techniques de chacun de nos clients et les partageons à d’autres secteurs, aussi divers et variés soient-ils.

 

CETEC dispose de son propre bureau d’études et maîtrise la fabrication de l’intégralité de ses machines.

Intégrez-vous toute la fabrication sur le site de Chancelade ?

M. E. : Nous sommes fiers de proposer des machines made in France. Nous ne sommes pas des assembleurs : nous fabriquons près de 90 % des pièces de nos machines. Près de 90 collaborateurs travaillent sur le seul et unique site de Chancelade et nous recrutons activement dans plusieurs corps de métier. Nous disposons d’un atelier de 7 000 m2, qui a notamment fait l’objet d’une extension de 1 900 m2 en 2019. Nos locaux sont parfaitement adaptés au montage des lignes, qui sont de plus en plus longues. Nous pouvons réaliser des réceptions de lignes de 3 à à 35 mètres d’un seul tenant, sans le moindre problème. Nous assurons des tests complets sur les lignes en atelier, avec les produits fournis par le client, dans des conditions quasi-identiques aux conditions de production. En rassemblant sur le même site les différents corps de métier, nous gagnons en autonomie. Via notre bureau d’études, nos chaudronniers, nos cabines de peinture, notre découpe laser, nos électriciens-câbleurs et autres, nous sommes parfaitement réactifs. Par exemple, si un client souhaitait remplacer une pièce défectueuse, nous pourrions la fabriquer rapidement, probablement en une demi-journée.

 

Stand de CETEC au salon Prod&Pack 2021.

Quelle place donnez-vous à l’innovation ?

M. E. : CETEC souhaite se distinguer par son caractère innovant. Nous avons la chance d’avoir un directeur, Regis Labrue, qui sait être visionnaire. Il nous amène les idées et la capacité d’action pour développer des solutions avant-gardistes. Nous pouvons alors proposer des solutions techniquement matures, au moment où le marché en a besoin. Nous déposons tous les ans environ trois brevets, preuve de notre volonté d’avancer dans ce sens. Nous restons très à l’écoute de nos clients de manière à multiplier les solutions nécessaires pour leur process. En 2005, nous nous étions par exemple investis dans la robotisation et les ensacheuses papier et plastique : la demande des clients nous donne aujourd’hui raison.

 

Le bâtiment de CETEC a été étendu pour permettre le montage sur place des lignes les plus importantes.

Quels avantages offre la modularité de vos machines pour vos clients industriels ?

M. E. : La modularité offre par définition un maximum de flexibilité. Les besoins du marché sont très variés et évoluent très vite. Il y a une quinzaine d’années, les clients demandaient de la cadence, avec des sacs papier. Des virages notables se sont ensuite faits à l’avantage du sac plastique et de la qualité de la présentation. Aujourd’hui, nous observons une demande de formes de sacs très variées ainsi qu’un éclatement des poids des sacs, qui sont désormais plutôt compris entre 3 et 25 kg. Nous avons développé des machines avec un corps standard, mais sur lequel nous pouvons évoluer soit sur du sac plastique, soit sur du sac papier, soit sur les deux. Lorsqu’un client vient nous voir, nous lui posons les bonnes questions afin de mener une décision réfléchie : nous ne voulons pas qu’il regrette son positionnement et ses choix d’ici quelques années. Si ses besoins sont simples, nous lui proposerons une solution simple. Si ses besoins sont voués à potentiellement évoluer, nous menons avec lui un débat constructif de manière à placer un curseur sur son investissement, puis à concevoir une solution répondant à ses besoins immédiats et futurs. Nous maximisons ses chances de réussite.

 

Toutes les machines sont testées en conditions réelles.

Quels services proposez-vous pour aider vos clients au quotidien ?

M. E. : La société CETEC est reconnue par ses clients pour les services qu’elle propose. Là où d’autres réduisent leurs services techniques, nous renforçons le nôtre pour en faire une valeur ajoutée. Le service est un vrai pilier de la société CETEC : nos clients exigent des machines performantes, mais ils également des services de qualité, sur de nombreux aspects : utilisation, pièces détachées, formation, etc. La télémaintenance joue ici un rôle primordial. Via celle-ci, nous pouvons définir la solution qui découlera d’un problème client. Près de 90 % des problèmes sont traités par télémaintenance : au bout de quelques heures, le problème pourra être résolu. À savoir que la télémaintenance est gratuite, et même obligatoire en période de garantie. Dans d’autres cas, nous devrons prendre la main sur l’équipement pour réaliser un diagnostic supplémentaire, ou fabriquer et livrer une pièce, ou encore intervenir physiquement sur le site. Nous avons en France 25 techniciens qui se déplacent sur tout le territoire pour offrir un maximum de réactivité.

 

L’atelier de peinture de CETEC.

Comment s’est déroulée l’activité post-Covid pour CETEC ?

M. E. : À la rentrée, l’activité est très soutenue, avec énormément de concrétisations de projets, à la fois de moins de deux ans, et à la fois de plus de quatre ans. Nous sentons que les industriels ont des plans d’investissement dynamiques et qu’ils ont besoin de se préparer à des situations de marché. L’époque est aux investissements, aussi bien d’adaptation que de croissance de volume. Cette année, nous avons aussi réalisé des développements importants. Nous proposons une nouvelle solution Combi-Fill, qui permet d’ensacher deux produits distincts côte à côte, sans contact entre ces produits. Nous proposons aussi la solution PolyFlex, capable de réaliser du conditionnement en sac papier ou sac plastique, ou les deux, avec un caractère évolutif en termes de possibilités et de cadences. Nous avons aussi développé un robot d’automatisation polymorphe, qui réalise le même travail de conformation de palettes que les palettiseurs traditionnels. Nous souhaitons nous développer davantage à l’export, avec un objectif de chiffre d’affaires de 15 millions d’euros à l’horizon 2025. Et, encore une fois, nous poursuivons nos développements techniques pour proposer toujours plus d’innovation.

 

En intégrant tous les corps de métiers, CETEC est capable de concevoir une pièce en très peu de temps pour la livrer rapidement à son client.

CETEC a 50 ans cette année : quel est le message que vous souhaitez faire passer ?

M. E. : CETEC évolue grâce à ses clients, et nous tenons à les remercier pour leur fidélité et la qualité des relations qu’ils entretiennent avec nous. Nos clients sont essentiels à notre réussite d’aujourd’hui et de demain. Ce sont eux qui nous apportent leurs connaissances, leurs produits, leurs retours d’expériences, etc. Nous gardons un maximum de proximité avec eux pour leur offrir les bonnes solutions au moment où ils en auront besoin. Nous fêtons nos 50 ans cette année, mais pas pour regarder en arrière : nous sommes tournés vers l’avenir, le développement, l’innovation et la croissance. L’année 2021 n’a pas été propice à l’organisation d’un événement sur notre site, mais nous invitons tous les industriels à venir visiter notre usine et à découvrir notre savoir-faire. La complémentarité de tous les corps de métiers et cette mise en harmonie pour créer nos lignes reflètent parfaitement notre savoir-faire.

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal du vrac.